Femme-sujet ou femme-objet ?

5D__28980Je veux partager avec vous aujourd’hui une petite réflexion sur la photographie, et en particulier sur le portrait féminin ou de type « boudoir ».  Dans le monde de la photographie, la femme est très souvent présentée comme un objet, sans doute en grande partie à cause de l’industrie de la mode et des cosmétiques.

Trop souvent, les photographes débutants ou amateurs seront influencés par cette tendance, ainsi que par la tentation de la photo « sexy ».  Je trouve assez déplorable l’abondance de photos crues et vulgaires où la femme n’est présentée que comme un objet sexuel, sans autre objectif que d’exciter le spectateur mâle.   Je ne suis pas contre l’érotisme en photographie, mais l’utilisation maladroite de l’éclairage, des couleurs et surtout le mauvais choix des poses mène invariablement à la création d’images vulgaires et sans âme.

Comprenons-nous bien : je n’ai rien contre la photo « fashion ».  Ce type de photo répond à un besoin de l’industrie et, lorsqu’elle est réalisée avec goût, elle peut mener à la création de magnifiques images.

Mais ce n’est pas mon type de photo, pour une raison fort simple.  Lors de mes ateliers de portrait ou de boudoir,  j’explique souvent que dans la photo de mode c’est la coiffure, le vêtement, le décor ou le maquillage qui est le sujet.  La femme est l’accessoire.  Dans la photo de portrait ou de boudoir comme j’aime la pratiquer, la femme est le sujet et tout le reste est accessoire.  Et ce sujet a une âme, une histoire.  Voilà pourquoi mes décors sont souvent simples voire minimalistes.  C’est également pourquoi j’ai souvent recours au flou pour que le regard se concentre sur l’essentiel; même si parfois le flou est au contraire utilisé sur le sujet lui-même pour  forcer le spectateur à participer, à deviner, à découvrir.  La photo de mode, elle,  ne laisse la plupart du temps aucune place à l’imagination: elle impose son produit.

Mais pour faire d’une personne le sujet de votre photo, il faut s’y intéresser, vouloir la connaître, la comprendre.  On ne photographie pas un être humain comme une potiche.  C’est pourquoi un bon portrait ne se fait pas en quelques minutes, juste en appuyant sur le déclencheur.  Il faut prendre le temps d’appréhender son sujet et rechercher les angles, la lumière, le traitement etc.

Tout cela, bien entendu, demeure une question de goût.  Mais je crois sincèrement que beaucoup d’adeptes de la photo devraient se livrer à ce genre de réflexion et revoir leurs pratiques.  Cela ne pourra que les démarquer du lot des milliers d’images qui nous abreuvent chaque jour et qui, parfois, nous saturent.

 

  • M. F.sam 13 Déc 2014 - 12:51

    M. F. - Cet article vous a intéressé ? Vous aimeriez en savoir plus ? Participez à un de mes ateliers. Cela fait partie des sujets traités 🙂RépondreAnnuler

Votre adresse courriel ne sera jamais publiée ni partagée. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*

*

UA-34025360-1